quartier_lointain

L'histoire : Qui n'a jamais rêvé de retourner en enfance ? C'est exactement ce qui arrive à cet homme mûr, qui de retour d'un voyage d'affaires, fait un détour involontaire par sa ville natale. Profitant de l'occasion pour se recueillir sur la tombe de sa mère, il est alors projeté dans le passé. Il y revivra un morceau de son enfance, tout en gardant son caractère et son exprérience d'dadulte. Pour la première fois, il verra ses parents avec son regard de quelqu'un à même de les comprendre.

Père de famille de 48 ans, transporté dans la peau de l'adolescent qu'il était à 14 ans, Hiroshi poursuit la redécouverte de son passé. Questionnant sa grand-mère, ses parents, ses amis, il prend conscience de tous les détails de son enfance qui lui avait échappé. Et peu à peu, l'année scolaire avançant, il voit se rapprocher la date fatidique où son père disparaîtra, pour toujours, sans aucune explication. Hiroshi peut-il changer son passé ou est-il condamné à le revivre, impuissant ? Et retrouvera-t-il un jour sa vie d'adulte, aux côtés de sa femme et de ses filles ?

La critique Nelfesque : Je n'ai pas l'habitude de lire des mangas. Mis à part "Ghost in the shell" que je possède et les quelques "Ranma 1/2" de Mr K que j'ai lu, ma connaissance en matière de manga est très mince. Je ne suis pas spécialement attirée par les traits des dessins et les histoires culculs qui accompagnent souvent ce genre de lecture me laissent de marbre.... Toutefois, la lecture commençant par la fin n'est pas une chose qui me dérange puisque je suis gauchère et que lire "dans ce sens" me semble naturel. Pour les côtés "négatifs" que j'ai évoqué précédemment, j'ai conscience que je fais des raccourcis faciles là mais ce sont ceux empruntés par les gens, dont je fais partie, qui n'y connaissent rien à ce style de lecture !

Pourquoi me suis-je alors lancée dans la lecture de "Quartier lointain" ? L'histoire tout d'abord m'a bien plu, loin des écolières à couettes et des créatures roses kawaï, puis les critiques que j'ai pu lire à droite à gauche. Partout je n'ai vu que des éloges sur ce qui semblait être LE manga à lire et pour cause il a obtenu un prix au festival de la BD d'Angoulème en 2003. Le trouvant à la bibliothèque que je fréquente, j'aurai été bien bête de ne pas tenter...

Quartier lointain 1

Et alors, qu'est ce que ça a donné au final ? Et bien j'ai pris grand plaisir à me lancer dans cette lecture inhabituelle. J'y ai trouvé une histoire somme toute assez banale, dans le sens où ce thème a déjà été abordé maintes et maintes fois dans les romans et/ou films, mais très agréable. Le point fort de ce manga est le côté psychologique et intime de la lecture. Qui n'a jamais voulu revivre une situation de son passé, pas forcément pour changer les choses mais simplement pour comprendre ! Revivre des moments charnières, revoir des personnes aujourd'hui disparues... Je ne sais pas vous mais moi ça me plairait bien !

Le personnage principal a un peu de mal à appréhender son "nouveau passé". Passé le moment de la surprise, vient le temps du quotidien nouveau qui bien entendu différera de celui qu'il a vécu puisqu'il n'a plus le même âge mental. Cette façon de vivre les choses différemment ne va-t-elle pas changé son futur ? Arrivera-t-il à revenir dans sa vie actuelle ? Et surtout comprendra-t-il les choses essentielles qui manquaient à sa vie ?

"Quartier lointain" est un manga très sensible, entre nostalgie et douceur de vivre. J'ai passé un moment agréable avec cette oeuvre qui se lit comme du petit lait et qui me fait admettre que les mangas ne sont pas tous à ranger dans la même catégorie. Si l'occasion se représentait, je recommencerai avec plaisir !

Quartier lointain 2

La critique de Mr K (edit du 07/11/18) : Ça faisait un baille que je devais lire Quartier lointain de Jirô Taniguchi, 10 ans exactement que Nelfe l'a chroniqué pour le Capharnaüm éclairé. Le temps a passé, seules restent les pensées et un beau jour, je me rends compte que même si je n'aime pas des masses les médiathèques (j'aime posséder ce que je lis), les BD ça coûte cher et que ce serait dommage de m'en priver. D'où depuis quelques semaines mon regain d'intérêt pour le huitième art et notamment les romans graphiques. Bon j'arrête de raconter ma life et je m'en vais vous livrer mes impressions sur cet excellent manga qui m'a fait découvrir un auteur à part que je continuerai à découvrir dans les prochains mois.

Hiroshi rentrant d'une réunion de travail se retrouve par hasard dans un train l'amenant vers son passé et le quartier où il a vécu enfant. Profitant de l'occasion, il déambule sur place (c'est trop tentant) et le voilà revenu au temple où se trouvent les cendres de sa mère. Se recueillant face à sa tombe, il finit par s'évanouir. Le voilà, revenu dans sa peau de jeune homme de 14 ans quelques mois avant la mystérieuse disparition de son père. Décontenancé par la situation, il met d'abord cela sur le compte de l'alcool et des abus de la veille... mais jour après jour, il se réveille adolescent. Le temps passe le rapprochant du moment fatidique. Pourra-t-il changer le cours du destin de sa famille ? Va-t-il influencer sa propre existence ? Ces deux interrogations sont au centre de cette histoire qui va le mener sur les pas de ses aïeux et lui permettre de répondre à ses propres questionnements.

Je n'ai pas vu les 400 pages passer tant j'ai été captivé par l'histoire et séduit par les personnages qui nous sont livrés. Le postulat simple laisse entr'apercevoir des possibilités immenses, des réflexions nombreuses et l'on n'est pas déçu. À 10 000 lieux de l'image débilitante que portent les mangas comme un fardeau, on a affaire ici à une œuvre sensible, extrêmement fine en terme de caractérisation des personnages. Très cinématographique dans son approche, on vit littéralement l'expérience fascinante d'Hiroshi. Jouant sur le hors cadre et le cadrage en lui-même, on se laisse bercer par cette balade en lieu inconnu où les souvenirs ressurgissent au gré des cases et des réflexions des personnages.

Quartier lointain 3

Le parcours d'Hiroshi est quasiment initiatique, homme de 48 ans père de famille, il va redécouvrir sa famille avec son œil d'homme mûr à travers son corps d'adolescent. Le côté grisant du début (corps plus souple plus agile, cours au collège beaucoup plus faciles et amusants, facilités dans les relations sociales) vont vite céder la place à l'angoisse. En effet, il n'aura jamais su pourquoi son père a disparu en fin d'été lors de sa quatorzième année. Plus généralement, il n'en sais pas trop sur ses parents, leur rencontre et la nature profonde de leur relation. Dans le rythme langoureux et si lent que l'on connaît aux récits japonais, l'auteur tisse sa toile et livre peu à peu des secrets enfouis, des zones d’ombre que la vie a développé sans raison particulière. Comme toute famille, celle d'Hiroshi s'est construite parfois sur des non-dits et ce voyage extraordinaire livrera bon nombre de clefs qui serviront à lever le voile sur des éléments qui ont toujours tourmenté Hiroshi.

D'une lecture délicieuse, ce manga mélange allégrement l'humour, les moments de tensions intérieures et les révélations. Très nuancé dans le traitement des personnages, on se laisse porter par l'auteur qui a un réel don de la narration et une approche humaniste d'une rare intensité. La révélation finale laisse le lecteur songeur et donne matière à réflexion tant on l'attendait et qu'en même temps, le processus pour y arriver est intense et force l'empathie. Une de mes plus grandes expériences en terme de lecture de manga. À lire absolument !