Florent

C'est aux alentours de 19h que j'ai pris la route d'Elven (56), Mr K m'ayant lâchement abandonné au dernier moment. Honte à toi Mr K! De ce village, je ne connaissais rien, si ce n'est qu'il est à une quinzaine de kilomètres de Vannes. En y arrivant je découvre des panneaux m'indiquant la présence d'un château... Intéressant! Je le note pour plus tard! Ce soir je suis là pour Florent Vintrigner. A cette heure-ci, en plein mois de février, il n'y a pas âme qui vive dans les rues... Il y a une salle de spectacle ici!?

Je me perds.. Je vous passe les détails mais finalement je trouve le lieu désiré. L'attroupement devant les portes d'entrée ne fait aucun doute. Ce soir, à Elven, cette salle, c'est THE place to be!

Les portes ouvrent à 20h, il fait un froid de canard. A l'intérieur, le public a envie d'être réchauffé et il ne va pas être déçu!

La fée du Zinc assure la première partie. C'est un groupe du coin, vannetais pour être précis, et franchement, ça se sent! Une bonne louchée de potes sont présents dans la salle et l'ensemble assure l'ambiance. Sympathique sans être l'extase, on nage surtout dans la caricature du chanteur à la voix éraillée accompagné de la chanteuse intonation titi parisien "à l'ancienne". Le groupe interprète des titres sur fond de Paris d'entre deux guerres où les chanteurs chantaient sous les ponts, de soldats, de bals musette, de ballons de gros rouge qui tâchent... Un style et des textes d'un autre temps en somme... Un Paris qui n'existe plus depuis longtemps. Mais accordons leur qu'ils font leur set avec le coeur, que la chanteuse est assez charismatique et qu'ils ont bien chauffé la salle. Après tout, n'est ce pas ce que l'on attend d'une première partie!?

Florent1Florent Vintrigner, les cheveux bien plus courts que ce dont il nous avait habitué (mon dieu mais qu'a-t-il fait de ses cheveux longs!?) arrive sur scène accompagné de son groupe, sa guitare sèche entre les bras. "Entre les bras" est le bon terme, ses chansons parlent majoritairement d'amour ce soir. D'amour perdu, d'amour prenant la fuite, d'amour vécu, d'amour espéré. Florent Vintrigner est un grand romantique et pose sa voix si particulière et pénétrante sur ses textes d'une grande poésie. Il délaissera sa guitare sur quelques titres s'emparant alors de son accordéon (rappelons ici que Florent est l'accordéoniste et chanteur de La rue Kétanou) qu'il manie avec une aisance déconcertante et nous fait dresser les poils de l'échine lorsqu'il donne des nuances à sa voix et à son instrument. L'harmonica sur "Le pendu" donne une dimension mélancolique supplémentaire à cette chanson au texte déjà très dur.

Mais il n'y a pas que de la tristesse et ce côté sombre chez Florent Vintrigner (il y a aussi Mon côté punk en la personne de Boris Montcomble, batteur débauché pour l'occasion), la joie dans ses rythmes manouches et ses danses endiablées ne passe pas inaperçue. L'humour non plus. "Ouvre moi" en est l'exemple frappant nous peignant le portrait d'un homme complètement saoul cherchant à rentrer chez lui et monologant devant une porte d'entrée qui n'est pas la sienne. "La vache enragée", titre de La rue Kétanou, est aussi un beau moment de partage avec le public.

Samedi soir, des titres de son dernier album, "L'homme préhistorique", ont bien sûr été interprétés: "L'homme préhistorique", "Illusion", "Tchao bye bye", "Tes cliques et tes claques"... mais aussi d'autres de "T'inquiète Lazare": "Je rentre me coucher", "Une femme étrangère" ou encore "Quand tu te déshabilles".

On retiendra de ce concert le charme de Florent Vintrigner, son côté coquin aussi, joueur, ses pas de danse inoubliables et surtout sa générosité sur scène. Nous avons été gratifié de deux rappels dont un vraiment in extremis avant que les techniciens ne vident la scène. Seul à l'accordéon Florent nous a offert un titre poignant, nous laissant songeur.

La soirée s'est poursuivit avec Karpatt (double plateau) mais de mon côté j'ai préféré restée sur cette note douce et apaisante qui m'a accompagnée sur mon chemin de retour.

Une bien belle soirée...