mardi 26 janvier 2010

Ca vous dit le mariage?

femme_mari_e

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un groupe dont j'ai reçu l'album il y a plusieurs semaines pour en faire une chronique sur la myg. Non seulement Constance, la chanteuse et claviériste du groupe est une fille sympa et drôle mais en plus l'album est vraiment très bon. Que demander de plus!?

Après un EP de 6 titres en 2006, Une femme mariée sort son premier album "Les mauvais garçons" en autoproduction en 2009. Les maisons de prod doivent avoir de la merde dans les oreilles... pas nous!

Leur nom est un hommage au film de Godard du même nom. Dans le film, Charlotte est mariée à un pilote d'avion et durant ses absences elle rejoint son amant, un comédien de théatre. Entre les deux, elle ne sait lequel choisir et découvre qu'elle est enceinte de 3 mois mais ignore lequel est le père. Ici Charlotte s'appelle Constance Petrelli, chanteuse et claviériste du groupe, elle n'est pas enceinte de 3 mois et son coeur ne balance pas entre les hommes du groupe: Alex Viudes à la batterie, Thomas Seignobeaux à la guitare et Martin Berauer à la basse. Dans cet album, il n'est pas vraiment question d'adultère mais tout de même d'amour notamment dans "Mon chapeau rose" ou dans l'excellent "Dans les montagnes d'Afghanistan".

constance_unefemmemarieeLa femme mariée a déjà de nombreuses scènes à son actif: les Blancs-Manteaux, la Java, le Sentier des Halles, le Trévisse ou encore la Boule noire ou le Café de Paris dans le cadre de festivals. A l'écoute de ce CD, on ne peut que leur souhaiter encore plus de dates, encore plus loin de Paris et avec encore plus de monde pour les écouter.

"Les mauvais garçons" est un album pop porté par la voix de Constance à mi chemin entre celle de la Grande Sophie et celle de Véronique Sanson sur certains titres. Qu'est ce qui fait la touche de La femme mariée? Une douce folie présente dans les textes où il est question de chapeau rose magique pouvant changer le cours des choses, de mauvais garçons activement recherchés, de midinettes amoureuses de Marlon Brando (en même temps on peut les comprendre!), de soldats éloignés, de rupture, de belles romantiques et de belles garces.

La musique est accrocheuse, comme dans "L'île aux trésors" aux couplets suaves et refrain entraînant, mais sait être discrète comme dans "Comme si je m'en foutais" à l'instru simple et minimaliste sur l'intro se poursuivant en rengaine accrocheuse sur les refrains. "Les mauvais garçons", très 80's, rappelle Niagara ou les Rita Mitsouko. "S'il fallait" est une magnifique complainte sur l'amour et la nécessité de ne pas le perdre. Avec sa musique éthérée transmettant toute l'émotion du texte, elle est mon coup de coeur de l'album. Délicate et presque irréelle. Avec un petit écart un peu trop variétoche française, "Le grand mystère", qu'on leur pardonne face à la qualité de leurs autres morceaux, l'album se termine sur "Dans les brumeuses montagnes d'Afghanistan", variation de "Dans les montagnes d'Afghanistan" beaucoup moins enjouée, plus triste et nostalgique. L'instru nous fait aisément visualiser la brume...

Une femme mariée est un groupe à suivre. Sachant manier avec talent et justesse des textes allant du registre sérieux au burlesque avec juste ce qu'il faut de "déglingo", il nous sert une pop travaillée. Un savant mélange qui fait mouche. On n'a pas fini de chantonné du femme mariée et c'est tant mieux!

Posté par Nelfe à 19:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,