visagesL'histoire:

Lorsque Ethan Muller, propriétaire d'une galerie, met la main sur une série de dessins d'une qualité exceptionnelle, il sait qu'il va enfin pouvoir se faire un nom dans l'univers impitoyable des marchands d'art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans à New York dans un appartement miteux. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime: c'est le travail d'un génie.

La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d'enfants victimes, des années plus tôt, d'un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bien vite virer à l'obsession. C'est le début d'une spirale infernale à l'intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers.

La critique de Mr K:

Bonne lecture que ce cadeau de Noël offert par ma chère et tendre! Bon, je ne partage tout de même pas l'avis affiché sur la couverture. Bon thriller certes mais faut pas pousser: ce n'est pas la révolution! À croire que je me plais à être à contre-courant suite à mon avis mitigé sur Avatar!

D'une lecture aisée, ce volume se révèle bien ficelé au niveau de l'intrigue avec un grand classique de la narration: les va et vient d'un chapitre à un autre entre le présent et le passé. Le tout s'assemblant au fur et à mesure comme les pièces d'un gigantesque puzzle à l'instar des oeuvres découvertes par le héros dans l'histoire, oeuvres qui s'emboîtent les unes aux autres (110 000 au total!) pour former un ensemble dont je ne dirai rien de plus... Y'a qu'à le lire! Rapidement, on a envie d'en savoir plus et il est encore ici difficile de lâcher le livre avant la fin. À ce propos, celle-ci est plutôt réussie mais tout de même loin d'être aussi originale que proclamée comme telle par divers blogs et critiques. Émouvante oui! Révolutionnaire non!

La langue est plutôt quelconque et j'ai eu du mal à y trouver toutes les qualités littéraires décrites ici ou là mais force est de constater que le style bien que lisse est efficace notamment dans les phases dialoguées et que l'on se retrouve instantanément dans la peau d'Ethan partageant ses aspirations et ses doutes. Chose très plaisante: le héros-narrateur interpelle régulièrement le lecteur, lui demande son opinion et quelque part le fait participer à l'histoire (pratique que l'on retrouve dans certains films de Mel Brooks avec la finesse légendaire qu'on lui connaît! -sic-). Ce système d'énonciation un peu particulier est vraiment la marque d'originalité de ce recueil et sa force.

Une lecture que je conseille donc ne serais-ce que pour faire connaissance avec ce nouvel écrivain (prometteur tout de même) et passer un bon moment par ce temps froid.