rochanfeu_afficheHier après-midi, avec l'envie de voir les Marcel et son orchestre, nous sommes allés à Rohan pour le festival Roc'han feu.

Direction donc le site de la Guiterne, à 45 minutes de la maison, par des chemins de campagne pour plus de 6h de concert!

Le festival est très bien organisé: grand parking, camping, toilettes sèches pour les filles , "pipi debout" pour les garçons, marchandising, coin sandwich et buvetteS. "Buvettes" avec un S majuscule car à vrai dire il n'y avait pratiquement QUE ça sur presque 50m! Pas étonnant de trouver assez vite dans la soirée bon nombre de cadavres et de jeunes couchés dans leur vomi... Certains vont en festival clairement pour boire, nous y étions avant tout pour s'en mettre plein les yeux et les oreilles. Alors c'est parti!

Le festival commence à 18h30 avec, en ouverture, The bird is yellow, groupe breton de rock new wave. Quelques fans sont au premier rang avec des pancartes mais la sauce a du mal à prendre vu le peu de monde encore présent sur le festival. C'est dommage car c'était vraiment sympa. Une pêche à la The Killers et une majorette/danseuse jaune incomparable!

Vers 20h arrive Cocoon, groupe français qui fait dans la ballade folk anglaise. Ils tournent dans pas mal de festival cet été et vous aurez sûrement l'occasion de les croiser quelque part. Le single passe déjà en boucle à la radio... En concert, en ce qui nous concerne, au bout de 2 chansons, on commence à s'ennuyer sévère! Toujours la même chose, du déjà vu/entendu en veux-tu en voilà, un chanteur adepte du comique de répétition ("ou pas..." vous comprendrez en les voyant sur scène). Bref, sympathique 2 secondes mais vite soporiphique!

21h30: le public est beaucoup plus présent, normal, c'est au tour de Kaolin de faire son entrée. Inutile de les présenter je pense, Kaolin est tout simplement un groupe de rock française (oui, un de plus). On connait tous leur single "Partons vite". C'est frais, léger, sympa. Pas d'extase, pas de révélation, c'est pas mal en festival mais je ne paierai pas pour les voir en concert solo.

Ah enfin! 23h00. C'est au tour des Marcel et son orchestre!!! Bon, je pense que vous avez compris qu'à la maison on est FAN! A voir absolument sur scène! Une pêche d'enfer, des costumes terribles qui leur vont à merveille, un public en transe avec le sourire jusqu'aux oreilles. On danse dans tous les sens et de toute façon, à ce moment précis, on fait tous fi des apparences. Dans le public apparaissent des fans déguisés en vaches, en mamie genre vamp... Il y a des chapeaux et des perruques colorés partout et on fait même la chenille! Marcel et son orchestre, c'est mieux que la drogue!

0h00, c'est au tour DJ Moule qui remixe pas mal de titre des années 70 (mais pas que...). J'ai bien aimé, ça dandine des fesses mais en même temps, après les Marcel, j'aurai dansé sur tout et n'importe quoi! Le plus drôle reste quand même la coupure de son qui a duré 5 bonnes minutes avec un DJ qui ne s'est rendu compte de rien (casque sur les oreilles oblige) et continue de tripper seul au platine devant un public le huant. Grand moment de solitude!

1h15, après plus d'une demi heure de balances (les plus longues du festival), arrivent les divas d'Asian Dub Foundation et dès le premier titre on se demande pourquoi les balances ont pris autant de temps pour arriver à ce résultat... Le son est pourrave, il y a de la disto et de la réverb partout, tous les instruments se mélangent et, en même temps, on en distingue aucun: c'est à la limite du supportable. Alors que sur CD, leur musique est vraiment trippante, en live, c'est tout juste... l'horreur! Nous sommes donc parti au bout de 3 titres.

Un bien chouette samedi avec des Marcel qui resteront le gros point fort de ce festival. J'en ai encore des paillettes et des boas roses dans les yeux.

marcel